Le premier billet de l'année sera donc littéraire... Ça colle parfaitement avec mon souhait pour 2013 (jamais de résolution!! Pitié! On a assez de contraintes des autres pour s'épargner soi même!) de passer un peu plus de temps à lire. Sans espérer retrouver ma cadence pré-piouspious, un peu plus de rêve et de culture serait bienvenus. Et comme c'est la première année depuis un bon moment que je n'ai plus d'enfant qui pleure la nuit (pas toutes les nuits et dix fois par nuit du moins), ça me paraît réalisable.
Nous commencerons donc par "Le cas Sneijder" de Jean-Paul Dubois. Je dois avouer que je l'ai terminé depuis un bon moment. Mais vacances, microbes et neurones raplaplas ont eu raison de ma capacité à rédiger un commentaire qui tienne la route.
Je tente aujourd'hui, on verra!
Je ne suis pas une inconditionnelle de cet auteur. Loin de là même. Mais, comme le dit justement le petit extrait de la critique de Telerama sur la couverture, c'est, pour moi, son meilleur livre.
Un accident auquel le héros survit miraculeusement mais dans lequel il perd sa fille. La prise de conscience soudaine du caractère éphémère de sa propre vie. L'impossibilité de redevenir l'ancien soi que l'entourage attend. L'incompréhension des autres qui conduit à leur haine. Peu importe les péripéties plus ou moins farfelues que va vivre le personnage principal. Elles ne sont que prétexte à signifier son rejet de ce qui était acceptable "avant" et pourtant tellement insupportable.
J'ai beaucoup aimé cette descente aux Enfers. Certainement parce que je m'y suis retrouvée, beaucoup.
Essayez ce roman et vous constaterez vous même que de celui qui dort avec les cendres de sa fille ou de ceux qui continuent comme si de rien n'était, n'est pas fou celui qu'on croit.